Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

who I am ?

Rechercher

Vu par ci, par là...




....................

Rubriques

2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 10:30

Aujourd'hui, j'ai envie de vous en parler.  Lorsque j'entends les conversations dites de "bistrot", que ce soit au marché, à la boulangerie ou encore dans les files d'attente des caisses de super marché, je suis attristée de ce manque de compréhension, de ce manquqe de réflexion ! Imaginer que la personne que l'on vient de croiser a vécu dans un pays en guerre, qu'elle a vécu toutes sortes de gtraumatisme et qu'elle est venu dans notre pays avec un immense espoire dans le coeur : retrouver le calme, trouver un peu d'humanité... est-ce si difficile !

J'en profite aussi pour pousser un "coup de gueule" contre de nombreuses associations qui utilisent les demandeurs d'asile à des fins purement politiques et je vais vous dire pourquoi je dis cela : cet été, une jeune femme d'origine turque cherchait une aide juridique efficace pour faire régulariser sa situation. Confiante, je lui ai dit : ne vous inquiétez pas j'ai entendu à la radion que des associations sont très efficaces. J'ai donc cherché les coordoinnées et essayé de joindre ces associations. Alors que nous pouvions voir leurs membres manifester, le répondeur téléphonique indiquait qu'en période de vacances aucune permanence juridique n'était organisée.

Voilà, ce sujet est d'une gravité immense ! Dites moi ce que vous en pensez...

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 14:00

Avez-vous entendu parler du portage salarial. Cette solution administrative permet d'être totalement indépendant tout en bénéficiant d'e l'appui d'un réseau.

 
J'ai choisi ce mode administratif pour ma vie professionnelle depuis trois ans et j'en suis ravie.
Il me permet d'être indépendante mais salariée  !!!

 
Vous pouvez aussi aller voir le site de la société ITG, la société de portage que j'ai choisie après en avoir expérimenté d'autres.

 

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 11:17

Depuis plusieurs années, maintenant, je participe à une action de réinsertion adaptée à des publics très fragilisés. Je m'appyuie sur une méthode appelée Programme d'Enrichissement instrumental (PEI) qui permet de redonner confiance et dynamisme àde façon très efficace et spectaculaire.

Le PEI a été élaboré par Reuven Feuerstein. Né en Roumanie en 1921, il y fait ses premières études, pour devenir enseignant. Dès cette époque, il s'occupe d'enfants déficients. En raison de ses origines juives,  il doit fuir la Roumanie en 1944 lors de l'invasion allemande et il gagne la Palestine, où il poursuit des études. Instituteur, puis professeur dans diverses universités, en Israël et à l'étranger,  il devient l'élève de Piaget à Genève, et soutient, en juin 1970 à la Sorbonne, un doctorat en psychologie.

Il travaille, dans les années 40, avec des enfants de 13 à 14 ans, ayant émigré du Maroc vers Israël. Il se rend compte, à la faveur de tests, que ces enfants, qui rencontrent de réelles difficultés scolaires sont néanmoins d'une intelligence tout à fait normale, voire brillante. 

 La pratique des tests et des entretiens, son travail sur des populations très diversifiées d'enfants (origines sociales, profiles), l'amènent à penser que les niveaux de performance ne sont pas à confondre avec la capacité réelle des sujets, puis, allant plus loin, il estime que l'éducabilité d'un individu est elle-même éducable. On peut améliorer le potentiel intellectuel, avant de l'exercer sur un domaine déterminé, d'où sortiront les performances dans ce domaine. Le Programme d'Enrichissement Instrumental (PEI) qu'il élabore est un outil de médiation éducative et d'éducabilité cognitive  qui "s'appuie sur deux théories interdépendantes : celle de la modifiabilité cognitive quels que soient l'âge et les déficiences de la personne, et celle de la médiation, qui facilite le dialogue entre l'apprenant et l'environnement"[i]. Selon lui, toute personne, sans considération du critère de l'âge ou celui des aptitudes cognitives, peut retrouver et améliorer ses capacités d'apprentissage. Ainsi, en le mettant en place dans les kibboutz israéliens, il lui paraît possible de remotiver une population fortement marquée par la captivité en camp de concentration et améliorer leur efficience intellectuelle.

 Avant de présenter la forme matérielle de l'outil, il me parait important de situer le contexte dans lequel Feuerstein a travaillé en évoquant les doctrines sur lesquelles il a pu fondér son analyse..

A l'époque où Feuerstein élabore sa méthode, une nouvelle conception de l'apprentissage se développe. PIAGET, auprès de qui il a préparé sa thèse de psychologie, puis VYGOTSKY et BRUNER. Avec eux, on passe peu à peu de la conception d'un savoir détenu et transmis par le maître, à celle d'un sujet apprenant qui construit par lui-même son savoir. De même, on passe d'une conception d'un apprentissage centré sur le contenu, à celle d'un apprentissage centré sur l'élève. Le contenu ne peut pas être ignoré, il ne peut en aucun cas être perdu de vue, mais l'enseignant doit désormais s'intéresser au processus intellectuel développé par l'élève, aux stratégies et aux méthodes qu'il emploie, aux obstacles qu'il rencontre.

 

 Jean Piaget (1896-1980), psychologue, s'est intéressé à comprendre la formation des mécanismes mentaux chez l'enfant pour ensuite mieux saisir leur nature et leur fonctionnement chez l'adulte. L'observation de ses propres enfants puis celle de nombreux autres va lui permettre de montrer que l'enfant construit son savoir en établissant que son développement passe par différents stades définis en fonction de la capacité de l'enfant à résoudre des conflits cognitifs. Ces différents stades, dont les trois premiers sont ceux du nourrisson sont les suivants [ii] : 

1.      Le stade des réflexes

2.      Le stade des premières habitudes motrices et des premières perceptions organisées ainsi que des premiers sentiments différenciés

3.      Le stade de l'intelligence sensori-motrice ou pratique  des régulations affectives élémentaires et des premières fixations extérieures de l'affectivité

4.      Le stade de l'intelligence intuitive

5.      Le stade des opérations intellectuelles concrètes

6.      Le stade des opérations intellectuelles abstraites, de la formation de la personnalité et de l'insertion affective et intellectuelle dans la société des adultes

 

 

Piaget établit que cette succession d'étapes permet le développement des fonctions cognitives. "Un tel développement consiste avant tout en un processus d'équilibration"[iii]

 

L'œuvre de Piaget "bouscule" de nombreux psychologues dans leur façon d'envisager l'apprentissage.

 

 Alors que Piaget est persuadé que le conflit cognitif de l'enfant est "inter-sujet", c'est à dire que l'enfant va résoudre seul le problème qu'il rencontre, Vygotsky psychologue russe, écrit : "la thèse selon laquelle l'enfant acquiert dans le processus d'apprentissage scolaire les concepts tout prêts et les assimile comme on assimile n'importe quelle habileté intellectuelle est totalement dénuée de fondement"[iv]. Pour Vygotsky, le développement cognitif de l'enfant est favorisé par la médiation de l'adulte et du langage.

Le médiateur est d'abord l'adulte. L'interaction du sujet avec un environnement social va aider la construction de ses fonctions supérieures. En effet, le bébé a besoin d'être pris en charge et l'enfant accompagné avant de devenir autonome. C'est lors de cette longue prise en charge que l'enfant intériorise les outils psychologiques que son entourage a mis à sa disposition pour l'accompagner. Vygotsky fait également valoir que, pour être efficace,  l’intervention de l’adulte, doit se situer dans ce qu'il appelle la zone proximale de développement qu'il définit ainsi : "cette disparité entre l'âge mental, ou niveau présent de développement, qui est déterminé à l'aide des problèmes résolus de manière autonome, et le niveau qu'atteint l'enfant lorsqu'il résout des problèmes non plus tout seul mais en collaboration"[v]:

 Le médiateur est également le langage, en particulier celui qu'il appelle le langage égocentrique ou langage intérieur de l’enfant. Le rôle de cette forme de langage intérieur "est d'aider l'enfant à s'orienter mentalement, à prendre conscience, à surmonter les difficultés et les obstacles, à réfléchir et à penser" [vi] 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous devons donc à Vygotsky ce concept de la médiation qui fait partie intégrante du PROGRAMME D'ENRICHISSEMENT INSTRUMENTAL.

 

 

 

 

 

 

 
 
§         Jérôme Bruner

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A la suite de Vygotsky, Jérôme Bruner, depuis près de 65 ans, consacre ses travaux à la compréhension de la construction mentale de l’enfant. Il fut l'un des premiers à s'intéresser à Vygotsky et, dans les années 50, le chef de file de la "révolution" cognitive. A Harvard, il a d'ailleurs fondé le Centre d’Etudes Cognitives. Selon lui un facteur primordial du développement de la pensée enfantine est que l'expérience de l'enfant n'est jamais purement sensori-motrice. Elle est mise en forme, d'emblée, par le langage de l'adulte. BRUNER parle de « scaffolding » littéralement échafaudage, qui a été traduit par « étayage ». L'intervention d'un tuteur pour lui "comprend une sorte de processus d'étayage qui rend l'enfant ou le novice capable de résoudre un problème, de mener à bien une tâche ou d'atteindre un but qui auraient été, sans assistance, au delà de ses possibilités"[vii]. L’étayage par le dialogue est une des notions centrales du travail de BRUNER. Il me semble important de noter que cette notion interactionnelle s'applique autant aux dimensions affectives des relations qu'à leurs effets strictement cognitifs. Pour assurer cet étayage, l'adulte va entre autres "protéger l'enfant contre les distractions… en fournissant des moyens pour la représentation et l'exécution des relations entre moyens et buts lorsque l'enfant ne peut pas encore comprendre le but qu'il faut atteindre ou les moyens efficaces pour y parvenir, … en limitant la difficulté de la tâche à un niveau accessible"[viii]

 

 

 

 

 

 

Pour Bruner, la Zone Proximale de Développement est importante. Toutefois il met davantage l’accent sur le rôle actif du médiateur, à qui il incombe en quelque sorte de « jauger » les dimensions critiques de la zone de décalage mentionnée plus haut, afin d’ajuster au mieux l’étayage. Nous reviendrons sur ces différents aspects dans l'analyse de ma pratique.

 Lev Vygotsky et Jérôme Bruner sont donc considérés comme les précurseurs de la psychologie cognitive, impliquant la médiation de l'adulte et du langage. C'est dans ce contexte que Feuerstein a créé le PROGRAMME D'ENRICHISSEMENT INSTRUMENTAL.

 

 

 

 

 

 

 



[i]                                    P27               Médiation éducative et            Chronique Sociale (1996)

                                                         éducabilité cognitive

[ii]     Jean Piaget           P 14 et 15     Six études de psychologie        Folio essais (2002)

[iii]    Jean Piaget           P 143            Six études de psychologie        Folio essais (2002)

[iv]     Lev Vygotsky        P. 447           Pensée et langage                    La dispute (2002)

[v]     Lev Vygotsky        P. 351           Pensée et langage                    La dispute (2002)

[vi]     Lev Vygotsky        P. 447           Pensée et langage                    La dispute (2002)

[vii]    Jérôme Bruner      P 263            Savoir faire, savoir dire           PUF (2002)

[viii]   Jérôme Bruner      P 286-287    Savoir faire, savoir dire           PUF (2002)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 17:02

Le terme "illettrisme" est un néologisme apparu en 1984 dans un rapport d'ATD Quart Monde au Premier Ministre. 

 
Il y a quelques décennies, l'apprentissage de la lecture et l'écriture ne constituait pas un passage obligatoire pour avoir une vie professionnelle et sociale, mais aujourd'hui, signer son nom ou déchiffrer une enseigne ne sont plus des savoirs suffisants pour trouver sa place dans la société. Ne savoir ni lire ni écrire entraîne des difficultés de compréhension, d'expression et d'utilisation de la langue. A ces difficultés s'ajoutent souvent des difficultés de calcul. L'illettrisme rend dépendant et donc passif face à l'apprentissage alors que la vie quotidienne n'est qu'une course d'obstacles. 

 

 

Or, si l'on accepte l'hypothèse de l'éducabilité de l'intelligence tout au long de la vie, l'illettré adulte, par exemple, a des compétences (savoir se servir de personnes ressources pour contourner le problème de l'écrit par exemple, ou encore développer de grandes capacités de mémorisation), dont on fait, en général, peu de cas dans la prise en charge pédagogique. Le problème est que souvent ce sont ses incompétences qui apparaissent au premier plan alors que c'est le regard porté sur les potentialités qui va jouer un rôle considérable dans la prise en charge pédagogique de ce public.  

 
De plus, il n'existe pas UN mais DES illettrismes différents selon les causes et les individus concernés. L'illettrisme prend une forme particulière selon l'individu. D'ou la nécessité d'individualiser l'accompagnement.

 

 

Un public dit "illettré a en général été un peu scolarisé mais a progressivement perdu ses acquis.

 

 

Les jours prochains, je vous parlerai du Programme d'enrichissement instrumental que j'appelle, dans le cas présent programme d'enrichissement pour les "illettrés".

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 07:10

Les compétences indispensables requises pour toute activité autonome dans la vie courante comme dans la vie professionnelle sont :

 1. Les compétences cognitives / méthodologiques : sens de l’observation (classification, comparaison), sens de l’orientation, mémorisation, attention, autonomie, sens de l’organisation, analyse des situations,

 

 2. Les compétences comportementales  

3. Les compétences sociales : sociabilité, facilité d’élocution, expression orale et sens de la communication.

4. Les capacités / Aptitudes physiques et psychomotrices  

5. Les connaissances de base nécessaires.lecture, écriture, calcul, lecture de codes, décryptage de documents,

Dans tout dispositif d'accompagnement socio-professionnel des  publics fragilisés par des épreuves diverses,  il s'agit d'abord de repérer la nature des compétences déficientes ou inexistentes pour ensuite :  

Construire ou rétablir des repères structurants  

Il s'agit là des compétences permettant, de se repérer dans l’univers de l’écrit (identi.cation des signes et des mots), dans l’univers des nombres (base de la numération), dans l’espace et dans le temps, de participer à des échanges oraux avec des questions-réponses simples, etc …  

Construire ou rétablir des compétences fonctionnelles pour la vie courante 

Compétences permettant, dans un environnement familier, de lire et d’écrire des phrases simples, de trouver des informations dans des documents courants, de donner et de prendre des informations orales lors d’un entretien, de résoudre des problèmes de la vie quotidienne nécessitant des calculs simples etc …   

Construire ou rétablir des compétences facilitant l’action dans des situations variées   

Ces compétences permettent lde lire et d’écrire des textes courts, d’argumenter, de résoudre des problèmesplus complexes, d’utiliser plus largement des supports numériques etc . 

Il s’agit d’aller au delà du pragmatisme quotidien et de se diriger vers plus de distanciation, de transversalité, d’automatisation, vers une appropriation croissante des codes (règles orthographiques, registres de langue …) vers un usage plus systématique d’outils d’appréhension du réel (tableaux, graphiques, schémas …). 

Construire ou rétablir des compétences renforçant l’autonomie pour agir dans la société de la connaissance  


Mettre en place un  programme psycho-pédagogique adapté, souple permettant d'intervenir sur les déficits socio-cognitifs frenant tout prodessus de progression : apprentissage,   adaptation à des situations nouvelles.

Pour ce faire, il est primordial de trouver une activité qui va servir de "véhicule" aux actions visant la maîtrise des savoirs de base tel que des remises à niveau en français ou des cours de bureautique etc... et d'avoir des formateurs qualifiés qui puissent se positionner en médiateurs

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 16:50

Oui, je suis sensible à cette population "citoyenne du monde" en état d'errance qui espère des jours meilleurs, qui espère pouvoir vivre dignement, qui espère pouvoir s'installer quelque part... Il est vrai que nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde en France et que certains abusent. Mais d'autres abandonnent tout ce qu'ils possèdent dans leur pays tant ils y sont en danger ! Et ils se font "arnaquer" par des réseaux de prostitution,  de trafic de drogue.... Que pouvons nous faire ?

J'essaie, de mon côté, de leur apporter un peu d'aide en attendant leur intégration car déjà les considérer comme des hommes et des femmes responsables à part entière, les regarder, les traiter comme tels, n'est-ce pas déjà une marque de respect et leur donner espoir d'obtenir un peu de chaleur humaine !

Partager cet article

Repost0
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 08:16
Sur le Plateau Briard, un pôle d'accompagnement vers la réinsertion professionnelle se met en place....  Renseignez-vous dans les mairies de Villecresnes, Marolles, Santeny, La Varenne Jarcy, Mandres les Roses ou laissez moi un commentaire !

Partager cet article

Repost0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 16:16
Le titre de cet article m'est venu en réécoutant une magnifique chanson de Michel Berger  et que je vous livre à nouveau

Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux

 

 

Celui-là passe toute la nuit

A regarder les étoiles

En pensant qu'au bout du monde

Y'a quelqu'un qui pense à lui

Et cette petite fille qui joue

Qui ne veut plus jamais sourire

Et qui voit son père partout

Qui s'est construit un empire

Où qu'ils aillent

Ils sont tristes à la fête

Où qu'ils aillent

Ils sont seuls dans leur tête

Je veux chanter pour ceux

Qui sont loin de chez eux

Et qui ont dans leurs yeux

Quelque chose qui fait mal

Qui fait mal

Je veux chanter pour ceux

Qu'on oublie peu à peu

Et qui gardent au fond d'eux

Quelque chose qui fait mal

Qui fait mal

Qui a volé leur histoire

Qui a volé leur mémoire

Qui a piétiné leur vie

Comme on marche sur un miroir

Celui-là voudra des bombes

Celui-là comptera les jours

En alignant des bâtons

Comme les barreaux d'une prison

Où qu'ils aillent

Ils sont tristes à la fête

Où qu'ils aillent

Ils sont seuls dans leur tête

Je veux chanter pour ceux

Qui sont loin de chez eux

Et qui ont dans leurs yeux

Quelque chose qui fait mal

Qui fait mal

Je veux chanter pour ceux

Qu'on oublie peu à peu

Et qui gardent au fond d'eux

Quelque chose qui fait mal

Qui fait mal

Quand je pense à eux

Ça fait mal

Ça fait mal

 

Oui, ils ont dans leurs yeux quelque chose qui fait mal et pourtant... il est possible de faire jaillir la petite étincelle d'espoir, celle qui va les aider à avancer.... Dans mon travail, au quotidien, je constate que c'est possible...


Partager cet article

Repost0
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 07:06

 Aujourd'hui,je souhaite vous raconter brièvement, comment, dans un centre social, nous conduisons des personnes très isolées à reprendre le chemin vers l'intégration et la réinsertion. 

 Il s'agit d'intervenir auprès de personnes d'origine non francophone dont l'objectif "annoncé" est l'apprentissage du français. En fait, bien que ces personnes soient en France depuis plusieurs années, elles sont, la plupart du temps, dans un isolement total. Leur intégration est donc nulle. Par conséquent, à mon avis, les cours de français ne sont, au départ, qu'un prétexte pour rompre avec leur solitude.

Pour des raisons diverses, elles n'ont aucun contact extérieur en dehors de leur famille. Quelqu'un de leur entourage parle français et donc fait toutes les démarches administratives indispensables.

  

D'autre part, depuis plusieurs années, leurs activités étant réduites à satisfaire les besoins de base de la famille proche, une "paresse" intellectuelle s'est installée et donc il s'avère indispensable de remédier à cette situation pour les aider à développer leurs capacités d'adaptation et d'apprentissage en agissant sur dysfonctionnements intellectuels constatés :

  

-    Perception confuse des informations visuelles qui leur parviennent.

-  Capacité réduite à comparer et à classer de façon spontanée.

-    Représentation mentale et pensée hypothétique faibles

-    Manque de constance dans l'effort

-  Difficulté de lecture de gauche à droite et de haut en bas

 

 

Ils s'agit aussi pour moi de les aider à :

 

 

-    développer leur curiosité

-    à structurer les apports d'information

   

L'EQUIPE DE FORMATEURS ET SON ACTION

 

 

  C'est ainsi que chacune arrive progressivement à s'ajuster aux besoins des participants et à répondre à leurs attentes.

  

MES INTERVENTIONS

 

Ma mission particulière vise donc à restaurer et/ou à améliorer des fonctions intellectuelles déficientes par privation culturelle et à relancer leur capacité de réflexion pour apprendre plus efficacement et tirer profit des apports de connaissances faites au cours des autres interventions. Je me suis appuyée sur la méthode Feurnstein dont les différents outils sont parfaitement adaptés à la remise en confiance des publics traumatisés par le déracinement "obligé" et par une "mise en veille" prolongée de leur épanouissement.

 

 

L'utilisation des outils verbaux et conceptuels; les concepts spatiaux et temporaux, les activités de représentation me permettent de leur faire découvrir la richesse du vocabulaire français, et de leur donner le goût du mot précis pour traduire leurs sentiments et décrire précisément une situation donnée. Cette méthode contribue à donner l'envie d'avancer dans l'apprentissage de la langue et à favoriser leur réflexion sur leur devenir

  

RESULTATS CONSTATES

  

Après deux ans d'activité , il est intéressant de constater que toutes les participants/es ont plaisir :

  

- à échanger entre elles  

-   à s'organiser pour se rencontrer en dehors des cours  

- à s'intéresser à leur environnement  

- à éprouver le besoin de progresser plus vite en français  

- pour certaines d'entre elles, à vouloir intégrer un cours visant à passer un examen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 10:44
Aucune situation ne doit être considérée comme définitive ! La remise en question est souvent difficile. Elle implique un retour sur soi, sur son passé souvent douloureux.

 Accompagner une telle démarche nécessite une grande capacité d'écoute "active" qui permet de guider la personne dans sa réflexion, dans le plus grand respect de sa personnalité, de sa culture.

Le lien ci-dessous vous conduira à une explication de ce projet :


http://admin.over-blog.com/admin-article.php?a=2&recherche=&page=&filtre=&tri=0&Id=2605137&From=1

Je cherche actuellement une association sur laquelle je pourrai m'appuyer pour monter un projet dans ce sens. Des aides financières peuvent être obtenues pour ce type d'action.

Qu'en pensez-vous ?

Partager cet article

Repost0