Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

who I am ?

Rechercher

Vu par ci, par là...




....................

Rubriques

7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 05:52
Les Celtes, ou Gaels, ont laissé un riche héritage culturel et artistique. L'une des caractéristiques de l'architecture gaélique, se distingue entre autres par de riches décorations de fer forgé et des motifs gravés dans la pierre, incorporant des losanges, des zigzags, des triangles, carrés et surtout des entrelacés et des spirales. Ces motifs inspirèrent également les moines qui transcrivaient les sagas des Celtes et illuminaient somptueusement les textes Les livres de Durrow, Kells et Lindisfarne, sont parmi les quelques survivants des pièces maîtresses appartenant au grand art et chacun peut les voir dans les musées d'Irlande et de Grande-Bretagne. Dans ces ouvrages, les initiales se transforment souvent en volutes et torsades. Les initiales de chacun des chapitres des Evangiles disparaissent d'abord dans des entrelacs qui se terminent en tête d'homme ou d'animal. Puis un peu plus tard ces initiales arrivent à occuper une page entière. Les entrelacs et les ramifications de l'ornementation sont souvent si finement exécutés qu'il faut une loupe pour en apprécier tous les détails. Les similitudes avec des motifs rencontrés dans des travaux d'orfèvrerie et sur les croix monumentales sont frappantes. Le livre de Kells est un évangéliaire de 340 pages conservé à Trinity College depuis le XIIe siècle. On y montre chaque jour une page différente.
 
 
Il incorporait des motifs tels que losanges, zigzags, triangles, carrés, et surtout des entrelacs et des spirales. Les entrelacs sont des ornements composés de moulures diversement entrelacées, quelque fois liées ensemble par un fleuron, feuille ou fleur. Ces entrelacs et ces spirales inspirèrent le quilting de style celtique qui permet la création de formes complexes avec des effets à trois dimensions.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mariezanne - dans PATCHWORK - CELTIQUE
commenter cet article

commentaires