Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

who I am ?

Rechercher

Vu par ci, par là...




....................

Rubriques

15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 08:34

Il s'agit pour l'interviewé de se mettre en situation d'évocation d'une activité qui s'est réellement déroulée et qui est spécifiée. Pour y parvenir, l'intervieweur va le guider. Nous observerons plusieurs niveaux de verbalisation :

 

 a)         La mise en mots descriptive
 

 

P. Vermesch nous dit qu'"il est nécessaire de disposer d'informations minimales sur le contexte pour comprendre le discours de l'autre"[i]. Se placer dans une action est d'abord la situer dans un cadre. L'intervieweur va donc, par ses relances orienter l'interviewé  le lieu, le moment et autres éléments spécifiques à l'action dont on recherche la description, l'organisation. Il va également, lors de ces description, faire appel à sa mémoire concrète, au sensoriel." Nous connaissons tous l'épisode de la Madeleine de Proust dans lequel nous observons la façon dont émerger des souvenirs dont ne soupçonnions pas l'existence.

 

 

 b)        La mise en mot du procédural

Dès que le "nœud" de l'action est atteint, dès que la description du contexte est suffisante, il est nécessaire d'inciter l'interviewé à sortir des généralités et de la théorie. Il doit se focaliser sur le vécu de l'action "à travers une prise de conscience provoquée d'éléments dont le sujet ne sait pas encore qu'il les connaît et même, croit savoir qu'il ne les connaît pas !" P. Vermesch[ii].

 

 

Toutefois, les circonstances paraissent nécessaires à la compréhension de la tâche. Lorsque l'intervieweur aura repéré le moment opportun, lorsque l'interviewé se sera installé au cœur d'une situation passée particulière, l'intervieweur va le canaliser vers la verbalisation de la réalisation effective. Il va ainsi recueillir des informations qui vont permettre de comprendre comment l'interviewé s'y est pris pour réaliser sa tâche et l'interviewé va lui-même accéder à des moments insoupçonnés de son vécu. L'intervieweur devra effectuer des relances sur le descriptif et privilégier les relances sur le cognitif. Il devra l'aider à utiliser un langage précis. A ce moment là, l'intervieweur va l'aider à se focaliser dans la situation d'évocation très précise de son vécu sensoriel. . Les relances sur le sensoriel vont aider l'interviewé à se maintenir dans la tâche. L'intervieweur devra également aider l'interviewé à spécifier les informations implicites.


[i]Pierre Vermesch  P 33 L'entretiend'explicitation  ESF Editeur       Août 2003

[ii] P. Vermersch P 75  L'entretien d'explicitation ESF Editeur Août 2003

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bompas 21/08/2006 09:15

Marie-Suzanne, je me permets de vous écrire un petit mot. Vermersch a produit des recherches très intéressantes mais j'ai toujours un peu de mal avec lui parce que j'ai l'impression qu'il dénigre trop le contexte de l'action et les interactions du sujet avec ce contexte. Les "satellites" de l'action sont pourtant indispensables à sa compréhension et Vermersch me donne l'impression de vouloir les utiliser seulement comme instruments pour parvenir à toucher le coeur de l'action. Cela dit, je ne suis pas un spécialiste de Vermersch et mes a priori m'aveuglent peut-être. Je lui préfère Yves Clot, que je connais plus, titulaire de la chaire de psycho du travail au CNAM et sa méthode de l'instruction au sosie, entre autre. Voir "Le travail sans l'Homme , pour une psychologie des milieux de travail et de vie" la Découverte, c'est pas très bien écrit mais c'est quand même super intéressant.Sur mon blog, vous trouverez un nouvel article sur la culture, dites-moi ce que vous en pensez... http://mathieu.bompas.over-blog.org/article-3314326.html

Marie- Suzanne CHARLOT-UGON 22/08/2006 08:45



Bonjour Mathieu,


Mon expérience des pratiques de l'entretien d'explicitation sur le modèle de Vermesch ne me conduissent pas à penser qu'il dénigre le contexte de l'action et les interactions du sujet avec ce
contexte. C'est même tout à fait le contraire. Le contexte d el'action est essentiel pour permettre à l'intéresser de faire émerger des solutions qui lui totalement adaptées, qui le respectent
totalement. Avez-vous lu l'Entretien d'Explicitation. Il me sembre qu'il en parle très bien dans ce bouquin. Bon on peut en reparler si vous voulez. Ce sujet me passionne..


A bientôt... et maintenant je vais sur votre blog voir votre article.