Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

who I am ?

Rechercher

Vu par ci, par là...




....................

Rubriques

17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 18:34

Cette deuxième étape va donc consister à choisir les instruments PEI appropriés.

 

Les choix à faire concernent :

 

 

 

§         les instruments PEI.  les thèmes, les visées cognitives et les modalités sont différents.

 

Ce programme d'entraînement se présente matériellement sous la forme de 14 cahiers représentant environ cinq cents pages d'exercices dits "papiers-crayon" pour la plupart, bien que le médiateur puisse les adapter au public dit "illettré" en privilégiant le verbal.

 

 

 

Chacun de ses cahiers vise à rééduquer les déficiences cognitives, représentant souvent des compétences transversales nécessaires à tout processus d'apprentissage. Ces cahiers, appelés instruments, sont : Organisation de points, Orientation spatiale ( I - II ), Comparaison, Perception analytique, Classification, Consignes, Relations familiales, Relations temporelles, Progressions numériques, Syllogismes, Relations transitives, Illustrations, et Pochoirs.

 

 

 

Dans le premier cahier, Organisation de Points, il s'agit de retrouver des formes géométriques de plus en plus complexes. Leur taille, leur orientation, leur distance respective sont autant de variables à prendre en compte pour la représentation mentale des figures à dessiner. Cet instrument met en jeu de nombreuses activités cognitives reprises ensuite dans les autres instruments. Les autres instruments combinent plusieurs modalités de lecture (formes géométriques, icônes, symboles, graphiques, nombres, tableaux, schémas, histoires sans paroles).

 

 

 

 

 

Parmi eux, il est souvent nécessaire d'en avoir plusieurs à sa disposition pour une même séance car il arrive qu'à la suite d'une question ou d'une observation d'un stagiaire, en début de séance, l'instrument "prévu" ne s'avère pas le plus approprié. A titre d'exemple, je citerai un moment où nous avons travaillé sur Orientation Spatiale à la suite d'un échange au cours desquels les stagiaires avaient manifesté clairement leurs difficultés dans ce domaine. Ils étaient donc demandeurs. La motivation était forte. L'exercice avait du sens. L'intentionnalité et la réciprocité, points sur lesquels je reviendrai plus loin, étaient instaurés.

 

 

 

 

§         le type de support. Les supports à ma disposition étaient le tableau, le papier et rétro-projecteur

 

 

 

§         le mode de travail. Chaque mode de travail a ses intérêts.

 

 

 

-          Le travail en petits groupes ou en grand groupe favorisait la coopération et la décentration.

-          Le travail personnel me permettait une approche très individualisée de chaque stagiaire.

-          Le travail en dyades privilégiait l'étayage d'un apprenant par un pair.

 

 

 

Le travail personnel et le travail en dyades permettaient d'agir sur le potentiel de chacun, ce que Vygotsky a appelé la Zone proximale de développement. Il n'était pas question que l'apprenant "le plus fort" domine l'autre mais que par la verbalisation de sa recherche, l'apprenant le plus en difficulté reçoive l'assistance nécessaire. "si la potentialité est là, elle a besoin d'assistance pour se développer au bon moment"[ii]

 

 

 

§         les techniques (jeu de rôles, récits d'expériences, démonstration gestuelle?)

 

 

 

§         la démarche c'est à dire la manière dont j'allais conduire les différentes actions pour progresser vers le but immédiat ou plus lointain. Cette démarche pouvait être :

 

 

 

-          inductive. A travers l'étude des cas particuliers présentés par les planches de PEI les stagiaires étaient amenés à construire des règles

 

 

 

-          déductive. La présentation d'un principe général, je pouvais proposer des exercices d'application de ce principe pour en renforcer la mémorisation.

 

 

 

-          dialectique . La mise en contradiction de certaines connaissances permettaient de faire émerger des concepts abstraits. Cette démarche était souvent utile avec Comparaison et Classification. Je me souviens que lorsque la question "Que veut dire identique ?" c'est en donnant des exemples d'objets différents  que nous avons commencé l'explication. En fait, Rosan avait commencé par répondre : c'est quand c'est pareil" et immédiatement Marina avait rétorqué "une orange c'est pas pareil". La mise en opposition de ces deux fruits nous a permis de donner les caractéristiques de la similitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

-          analogique est utilisée au moment de la transposition puisqu'elle consiste à trouver un nouveau contexte dans lequel est applicable l'idée émise.

 

 

 

 

 

 

Le PEI étant une méthode active centrée sur l'apprenant, acteur principal de son apprentissage, j'ai donc construit la progression des séances au fur et à mesure pour prendre en compte les motivations des stagiaires, leurs besoins, leurs attentes et les modifications qui s'opéraient. Les tâches que j'allais leur proposer devait les amener à produire, à créer, à chercher et donc ainsi à prendre confiance en eux, à découvrir leurs ressources.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires